Périer de Lahitolle

Publié le par esarraute

Autrefois, le Béarn était organisé en baronnies et petites seigneuries. Chaque village avait un ou plusieurs seigneurs représentant la justice au niveau locale. Ils avaient des droits mais aussi des devoirs détaillés dans les fors du Béarn.

Des noms résonnent encore parmi nous comme Montesquiou d'Artagnan, seigneur d'Arricau ou bien Périer de Lahitolle. 

 

Lahitole est aujourd'hui un lieux-dits d'Arricau-Bordes mais autrefois c'était un hameau.

Lahitolle.jpg

Trouver son emplacement ne fut pas facile, je me suis demandé plusieurs fois si Lahitolle n'était pas devenu Lafitole dans le 65 mais la carte de Cassini ci-dessus m'a confirmé que cette seigneurie était bien situé sur la commune d'Arricau-Bordes.

 

Tout commence le 14 novembre 1610, il y a fort fort longtemps. Bernard et Gabriel, son fils, seigneur de Lussagnet ont trop de biens, déjà une affaire de cumul des mandats, ils vendent les seigneuries de Castillon et de Lahitolle à David de Batsalle, seigneur d'Espoey et d'Hours. Lui-aussi accumule!!!

 

Vers 1665, Pierre, baron d'Espoey, srement un descendant de David, vend les seigneuries de Bordes et de Lahitolle à Jean de Bélard, avocat au parlement de Navarre.

 

Vers 1669, David de Périer épouse une fille Bélard, quel lien avec Jean? Je ne sais pas. David devient donc seigneur de Lahitolle.

 

En 1691, David de Périer donne la seigneurie à Jean de Périer, son fils, avocat. Celui-ci se maria en 1687 avec sa cousine Catherine de Perier, fille du seigneur de Bentayou.

Son autre fils, Henry, aurait eu une descendance en Espagne selon le dictionnaire de la Noblesse.

 

En 1727, Jean de Périer, seigneur de Lahitolle, fils de Jean et Catherine épouse Marie de Pémartin. Ils auront 3 enfants: Jean-Baptiste, Henri-Daniel et Alexandre.

Jean-Baptiste est en 1741, le seigneur officiel de Lahitolle, il n'a pas eu de descendance. Est-ce qu'il mort avant? Toujours est il que ce fut Henri Daniel qui continua la lignée et hérita du tirtre. Alexandre, pour sa part, est le curé de Saint-Jean-Poudge, de Saint-Armou et d'Anos.

 

Henri Daniel épouse à Pau Jeanne Claude de Moureu le 9 février 1773. De cette union naît deux enfants: Marie Théréze en 1779 et Jean Henry Louis en 1777. Ce dernier s'installe dans la maison seigneuriale à Lahitolle. Il se marie à Aurions avec Henriette Darmendarits Darberats le 28 germinal an onze.

 

Ils ont 4 enfants: Henri (1804-?), Alexandre (1805-1807), Thereze (1806-?) et Joseph.

 

Henri s'appele désormais de Périer de Lahitolle, la révolution étant passé par là, plus de seigneur qu'il tienne.

Il oublie le Béarn et se marie avec Marie Rose Joséphine Baille à Paris le 19 janvier 1830. Il est directeur de prison et déménage à travers la France. Ainsi, il eu un fils à Gaillon dans l'Eure le 31 mai 1832 et un autre à Embrun dans les Hautes-Alpes le 14 janvier 1838. Ces deux fils, Henry Jules Frederic Antoine et Henri Edouard sont tous deux chevalier de la Légion d'honneur.

 

Jules est célébre pour avoir inventé un canon de 95mm et en son honneur, le technopole de Bourges fut appelé Lahitolle.

Perier_de_Lahitolle.jpgcanon_de_95_mm_mle_1888_Lahitolle_prototype__w.jpg

Source:http://basart.artillerie.asso.fr/article.php3?id_article=513

 

Edouard se marie avec Marie Fany Nathalie de Querhoent et a au moins un fils, Henry Frédéric Joseph Marie né le 10 septembre 1874 à Vannes. Celui-ci se marie à Chartres avec Théréze Doullay. Lui, sa femme et leur petite fille de deux ans se trouve parme les naufragés du paquebot l'Afrique.

paquebot-afrique-copie-1.jpg

Je vous conseille d'aller sur le site concernant ce paquebot et son naufrage: Mémoires de l'Afrique

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gaudin 20/04/2013 17:47

Au hasard de mes recherches sur les Périer de Lahitolle je viens de tomber sur les pages fort intéssantes que vous consacrez à la généalogie de cette ancienne famille béarnaise, méconnue et dont le
nom vient d'ailleurs de s'éteindre avec ma mère, décédée en 2001.
Celle-ci restait en effet la dernière représentante de la lignée Lahitolle et ce passé ancestral suscite naturellement de ma part une curiosité particulière.
Il y a pas mal d'années je m'étais d'ailleurs rendu sur les lieux pour tenter de retrouver la trace des figures oubliées de cette petite seigneurie. J' avais été surpris de découvrir un fonds
insoupçonné d'archives et de documents qui m'ont permis d'établir la continuité entre le passé « breton » de cette famille et les antécédents béarnais antérieurs à 1830.
Votre aperçu est très bien documenté et rigoureux; mais si cela aide accessoirement à compléter votre information, je peux vous communiquer à titre personnel, en condensé, l'état de ma connaissance
sur cette ascendance. Néanmoins il y a certaines lacunes dans mes informations et il me reste encore bien des énigmes à résoudre...
Bien cordialement.
François Gaudin